Confinement et déconfinement. par La Compagnie les Amulectrices, Compagnie clownesque et guitaresque

Je me souviens, c’était juste avant le confinement.

« Il n’est pas certain que tout soit certain ». Pensées de Blaise Pascal

Pourquoi ?

Ce sont des rencontres en toute simplicité, au lac Kir dans le centre-ville de Dijon, dans le quartier des Grésilles, au parc de la Colombière, mais aussi dans les rues des antiquaires : nous avons joué, chanté, bien ri ensemble ! Il était décidé de changer les idées, de divertir, enfin d’aller à la rencontre des habitants. Des Beatles à Léo Ferré, de Mike Brant à Johnny, de Renaud à Bella Ciao, chant italien, les mots ont résonné dans tout Dijon.

Nous avons offert notre belle humeur et nos bisous qui volent. Certains avaient envie de parler, de se confier, de dire leurs peurs et leurs incertitudes quant au virus, au travail, et à leur avenir. Tout le monde a chanté !

Qu’avez-vous envie d’écouter ? Du Flamenco ? Du Twist ? Une comptine pour les enfants ?

- « J’ai réfléchi : quel était mon but dans la vie ? »

La période est extra-ordinaire : confinement, re-confinement, mise à l’écart, quarantaine, avec les masqués d’un côté, les démasqués de l’autre, des prudents aux moins prudents, ceux qui y croient, et ceux qui n’y croient pas...

Et si on faisait un livre ?

- « Moi c’est pass lui c’est pas pass mais on est copain quand-même »

Avec les clowns Anne-Lise Blachot et Anne- Sophie Lange, Christian  Codfert à la guitare et au chant, la Compagnie Les Amulectrices s’est mise en action !

Elle : Le confinement ? J’étais déjà habituée. À 93 ans, je ne sortais déjà qu’une fois tous les trois mois !

Récolte urbaine 2020

Son fils : J’ai perdu deux kilos, forcément on n’a reçu personne, plus d’apéro, plus de fromage et on a marché tous les jours. Maman, t’es quand même mieux maintenant qu’au sortir du confinement ? Surtout depuis qu’on se revoit et que tu as retrouvé le kiné !

Confinement = masque à Shangaï

Confinement = sérénité Déconfinement masqué = travail

Confinement = double de travail Déconfinement = vacances !

Confinement = plus de temps avec mon bébé

Pendant le confinement : on portait le masque à Shangaï, il y avait le couvre-feu. Pire qu’ici… Je suis rentré en France, ma femme devait me retrouver trois mois après. Ce fut neuf mois plus tard !

Le bon côté : le confinement à la campagne. Le côté sombre : j’ai perdu mes deux grands-parents. Un du Covid et l’autre n’a pas pu être opéré à temps.

Confinement = cloisonnement, emprisonnement. Je voyais les murs se rapprocher au fil des semaines.

Confinement = renaissance, tout revoir : le négatif et le positif. Se demander qui on est !

Quand j’ai su que vous jouiez au Parc de la Colombière je me suis dit : j’y vais ! Je peux rester avec vous et vous suivre ? Ça fait du bien de chanter avec vous.

Génial le confinement ! Moi j’ai dit à papa et maman, on va sacrément bien s’amuser tous les trois ! On est bien ensemble tout l’temps !

J’ai apprécié le confinement et le déconfinement parce que j’ai redécouvert ma ville : superbe Dijon ! Même pendant le confinement, je sortais et je venais m’asseoir ici-même. Aujourd’hui j’ai fait la connaissance de Wafa et je l’ai invitée à boire un coup. Je suis enseignante, elle, fait des études. Vous voyez on fait des rencontres dans ce square du centre ville. Quand je pense à tout ce qui a été fait depuis deux ans à Dijon. Je suis amoureuse de ma ville !

Récolte urbaine

Hôtel de ville de Dijon et la tour Philippe le Bon

« Le mot crise en Chinois est représenté par deux idéogrammes qui signifient danger et opportunité.

Citation

Il y a toujours dans une crise la possibilité de changer, de s’ouvrir à autre chose, d’en comprendre les causes et  d’essayer d’en tirer les conséquences. Elle peut être une prise de conscience qui nous permet de vivre autrement, tant au niveau individuel que collectif.» Fréderic Lenoir, sociologue et écrivain.

C’est la vie dans mon quartier qui m’a le plus manqué pendant le confinement ! Nous, on a fait des gâteaux, le ménage et on a regardé Netflix.

Récolte urbaine

Et vous avez pris deux kilos !

Non, moi j’ai partagé, comme ça je n’ai pas pris deux kilos.

Vous n’avez pas trouvé que c’était trop court le confinement ?

Non non ! C’était agaçant. On se sentait comme des prisonniers et on n’avait plus droit à rien. On ne pouvait plus sortir, voir les copines, danser, chanter, voir les animaux… aller dans les parcs. Nous les jeunes, on n’avait plus de vie ! Ah ! Si on faisait juste du sport. Le matin on mettait Youtube pour les séniors et on se filmait. Après on envoyait les vidéos à la famille.

On a pris du temps pour retrouver ses proches, c’est bien, même en vidéo. On avait un sentiment de peur qu’on a tous ressenti. Ils nous disaient : « Faut pas mettre de masque. » Le peuple français n’est pas dupe. C’est volontaire. Quand c’est grave, ils disent les choses au Maroc. En France, on n’avait pas les informations et on était inquiet !

Récolte urbaine

Au Maroc : 100 masques 10€ En France : 50 masques 30€

On est assez intelligent vous savez ? On était inquiets et en France, ils ont voulu qu’on soit inquiets. Peut-être pour qu’on consomme ? Ils ont voulu nous faire peur.

Si ça recommence, on ne respectera pas. Faut pas que ça recommence.

Un petit mot optimiste ?

Oui…On reste là, on va pas quitter la France !

La grippe dite « espagnole » est venue des US. Ils sont forts ces Américains ! Ils l’ont la grippe espagnole ! On aurait dû l’appeler la grippe américaine. Pour moi, on s’est bien fait avoir... Tous les politiciens se tiraient la patte ! (sic pour dire se tiraient dans les pattes). Il y a eu le SARS-CoV : rien n’a été fait. Le confinement, on nous l’a imposé. On pourra pas savoir si ça servait à quelque chose ! Même pas dit : « Excusez-nous de nous enlever votre boulot. » Depuis le déconfinement tout va mal. Moi avec les évènements, j’ai réouvert mon bar il y a seulement deux jours. Et pour l’instant, y a pas le monde d’avant. En France, ils inventent, ils créent, ils sont forts pour plein de choses, mais question développement : zéro !

Le confinement, c’était bien pour les animaux. Un écureuil est rentré chez moi. Il s’ennuyait, il a voulu un peu d’ambiance !

Quelque chose de positif s’est-IL passé pendant le confinement ?

Oui, j’ai réfléchi : quel était mon but dans la vie ?

Vas-tu mettre ça à profit ?

Oui, je voudrais être boucher professionnel, mais avec une seule main, c’est pas possible.

Pourquoi ? Serais-tu le premier ? C’est encore mieux, non ? Premier boucher à main unique ! (rires)

Récolte urbaine

Moi j’ai rien à dire sur le confinement, rien de rien !

Alors le confinement pour vous ?

C’est important de dire qu’on n’a rien à dire. Trop de gens n’osent pas le dire. Ça c’est bien ! Il n’a rien à dire et il le dit !

D'après Raymond Devos

Récolte urbaine

Heureusement que vous êtes là pour nous remonter l’moral ! On ne sait pas ce qui s’passe on ne sait rien ! On n’y comprend rien ! (Le clown fait un bisou qui vole). Hop ! Un bisou ! Je l’attrape et je le mets dans ma poche.

Comment ça se passe pour vous le déconfinement ?

Mon chien Jaja a peur du clown.

Jaja, on chante pour toi la musique de trente millions d’amis, alors ?

Avec les enfants, vu qu’on ne pouvait pas aller à la piscine, on faisait des bains très grands ; on se baignait avec les bouées et les maillots de bain.

Mais c’est génial ça ! Dans un appartement ?

Oui !

Ah c’qu’on est bien, quand on est dans son bain, on fait des grosses bulles, on joue au sous-marin ...

Récolte urbaine

« L’idole des jeunes. » Johnny, il a eu de la chance, il n’aurait pas aimé rester confiné, lui. Il aurait fait une chanson Covid 19, Johnny. Vous voyez ? J’ai plein de tatouages, mais celui-là, sur ma jambe, je l’ai fait pendant le confinement. Il est symbolique (un coeur à l’aiguille). Et vous pouvez le prendre en photo.

Récolte urbaine

On ne s’rend pas compte mais on a dû licencier. On n’est pas des fonctionnaires. Certains patrons de bars n’ont pas tenu le coup, il y a eu des suicides, il y avait les traites à payer ! Un report de trois mois seulement, mais après faut tout rembourser. Nous on marche bien on a d’la chance, mais on a dû licencier les saisonniers, et quand on les a rappelés, ils ne sont pas r’venus. Ce n’est pas facile pour nous car il n’a pas fait beau à la sortie du confinement.

« Chante la vie chante Comme si tu devais mourir demain Comme si plus rien n’avait d’importance Chante oui chante Aime la vie aime Comme un voyou comme uN fou, comme un chien Comme si c’était ta dernière chance Chante oui chante ».

Paroles de Michel Fugain et Pierre Delanoë

Le clown, la chanson, ça fait du bien - on a besoin de ça. D’habitude, pendant les vacances, je pars au Maroc. Cette année, je reste là, il faut payer le test 100 euros pour partir et pareil pour revenir ! Et si on revient… On sait pas si on pourra revenir. Ma belle-soeur est partie, elle a payé. C’est cher ! C’est une période bizarre : y a ceux qui ont très peur et ceux qui ne respectent rien ! Nous, on se laisse bercer et aller au gré du vent.

Récolte urbaine

Le confinement ce n’était pas facile, mais le déconfinement c’était pire !

« Si Madame Nature est en pétard, c’est qu’on lui en a fait trop voir, si madame Nature pète les plombs c’est qu’elle a ses raisonS ! Si madame Nature a les nerfs et qu’elle remue ciel et terre c’est peut-être qu’elle n’apprécie guère la façon dont on la considère. »

D’après Louis Chedid

« La terre se réchauffe ! Eh oui !

Citation

Enfin un geste pour les sans-abris ! » Laurent Ruquier

Récolte urbaine

Moi je suis SDF. Et ça a été dur, très dur et ça va être encore très dur si ils nous reconfinent en septembre-octobre. Je trouve ça complètement inutile, parce qu’ils perdent beaucoup de finances. Et moi je dirais aux gens de mettre le masque. J’ai eu 135 euros d’amende car je vis dehors, oui je suis SDF ! Ils nous ont dit : il faut vous planquer ! Où ? Nous on est dehors, on est seul, on essaie de survivre. On nous a proposé les salles de Marsannay et de Longvic. Vous avez vu le monde ? Grâce à moi et aux personnes qui m’ont aidé, j’aurai mon appartement vers la ville de Gray et mon CAP d’espaces verts s’ils reconfinent. Je trouve ça génial car au moins je me suis « bougé les fesses. »

Le confinement ? J’ai eu l’occasion de parler avec beaucoup de personnes pour qui ça a été source d’anxiété et d’angoisse. Ils vivent encore beaucoup dans la peur aujourd’hui, ne sortent pas et mettent encore beaucoup de barrières.

Récolte urbaine

Respectueuses de la nature, on essayait déjà depuis un an d’être dans une démarche de grosse réduction des déchets et en confinement, ça a été la « cata » quoi. Surtout le premier mois, on ne pouvait pas aller au marché. Nous, les masques, on en a fait en tissu lavable, même si c’est pas la norme. Mais pour aller en boulangerie ou dans des magasins, ça suffit non ? Il est bon évidemment dans les hôpitaux de respecter la norme.

« À aucun moment le Christ n’a baissé les bras !» Coluche

Citation

Récolte urbaine

Nous avons fait deux ou trois kilomètres par jour, à pied, dans le quartier de Longvic. Pendant le confinement nous avons décidé de nous déconfiner. J’ai un masque dans la poche mais je ne le mets pas, car personne ne le met !

En un mot le confinement ?

Liberté !

Étonnant non ?

« On va tous crever, on va tous crever, Y’a la fin du monde qui nous guette et nous on fait la fête ! On va tous crever, on va tous crever. La fin du monde nous attend et nous on fait la fête tout l’temps ! Ouais ! ».

Citation

Didier Super

Récolte urbaine

Pendant le confinement moi j’ai rien fait, j’attendais la mort (en souriant). C’était dingue.

Place François-Rude

Presse-purée

Ping-pong, Paris, smashs, Du raquette en pagaille Dégoulinant de tchatche Clic-clac photos flash Vie privée qu’on mitraille Calomnies qu’on s’arrache

Tous les cancans chez les kakous Tous les caquets tous riquiquis Dis c’est qui qui fait caca où ? Dis c’est qui qui fait cocu qui ?

Micmac on se moque De savoir si c’est vrai Du moment que ça choque SVP les Schnocks Montrez-nous qui dormait Nu dans votre paddock

Coucou les voici, Des épreuves attendues Presqu’en flagrant délit ! Et ça tue l’ennui Chez les mamans tordues Et les paparazzis

Paroles et musique de Christian Codfert

Récolte urbaine 2021

Le masque est une cachette. Pour les enfants introvertis, le masque c’est magique, c’est une béquille. Et c’est encore plus difficile de les faire sortir de leur coquille. Pour les enfants en difficulté, ça empêche encore plus de dire. À bas les masques le 4 octobre 2021 en primaire ! Pour les pré-ados 12-14 ans, le masque devient un accessoire de mode. Ils deviennent pro-masque c’est bien plus qu’un accessoire de santé. C’est un refuge aussi.

(Lieux : Parc de la Colombière, quartier Grésilles, terrasses des cafés, centre-ville, lac Kir…)

Rencontre avec deux éducatrices et des enfants

Sans Pass c’est compliqué dans l’enseignement. Le vaccin n’est pas exigé (août 21) pour l’instant, mais ça entrave de ne pas l’avoir, pour les sorties scolaires, la piscine par exemple. C’est problématique et assez hypocrite finalement.

Une enseignante

On se libère maintenant. Le confinement c’est la vie qui s’arrête : un bout de vie en moins quand on est vieux ! On ne s’dit pas assez souvent « je t’aime », on devrait... Merci pour ce moment de joie musicien !

Rémi, avec son bel accent italien

Le confinement ça a été dur.

Une dame, grand-mère bien sympathique

Ça va mieux maintenant ?

Oui, mais je sens qu’il y a quelque chose qui se cache…

En ce moment, à Clermont-Ferrand pas de confinement ! On a bravé l’interdit !

Bérangère

La vie est dure, personnellement. Et puis, cette actualité ça n’arrange rien !

Un monsieur bien triste

Moi je les fabrique les Pass ! Et toi tu fais une passe ?

Non, je passe mon tour

Pendant le confinement, c’est la culture qui m’a manqué. Merci d’être là !

Le confinement c’était ennuyant. Je n’ai pas pu faire mon anniversaire. Mais c’était bien parce que j’ai joué à Minecraft (jeu vidéo).

Une élève d’une classe de CM1

Après 50 ans de mariage, c’est pas un p’tit confinement qui va nous faire peur. Nous, on va bien !

Un couple de 80 ans